Quand je vais à la pêche

Récit d’une journée de pêche par un passionné : matériel, patience et brochet !

Je me lève le matin à 8 heures pour aller pêcher. Au début je prends un bon petit déjeuner pour être en forme. Après je prépare mon matériel : mes cannes à pêche, mes hameçons, mes bouchons et mes asticots. Je vérifie que j’ai mon permis de pêche. S’il fait beau je monte sur mon vélo, je sors pour aller à la rivière et c’est parti pour une journée de pêche.

Je pêche au flotteur dans l’Elle

Ce que je préfère c’est la pêche au brochet ! Moi je pêche au leurre et au vif. Les leurres c’est un petit poisson ou des canards, des chauve-souris des rats… mais des faux ! Le faux petit poisson imite la nage d’un poisson de droite à gauche. En revanche le faux canard imite le vrai juste en moulinant les pattes grâce aux vagues et au courant. La fausse chauve-souris c’est un peu pareil. Les vifs c’est des vrais insectes, des vrais poissons ou des vrais légumes.

Quand on jette le vif à l’eau, il faut attendre que le brochet veuille mordre. Quand il mord la touche est puissante, parfois la ligne casse. Quand il y a une touche je me dépêche de prendre ma canne et je ferre un coup ou deux. Ferrer, c’est donner des petits coups de canne de bas en haut pour accrocher le poisson au hameçon et le fatiguer. Quand le poisson est près du bord, moi je dis « de la berne » je demande à un copain de prendre l’épuisette, j’attrape le poisson après j’enlève l’hameçon, je prends une photo et je le relâche. Ce qui me plaît c’est de le pêcher, pas de le manger.

Billal Lefebvre

Ecrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *